Trophée MAP 2018 - Une très belle sixième place!

C'était la dernière course en solitaire avant la trève estivale sur un parcours de 220 milles avec un départ et une arrivée à Douarnenez.

Le départ est donné Jeudi 14 Mai dans un vent d'ouest de 10 noeuds. Je prends un bon départ et sors de la baie de Douarnenez dans le bon paquet.

Passé le raz de Sein, on part pour un bord sous spi avec le vent qui monte à 15-20 noeuds. J'ai une bonne vitesse ce qui me permet de passer Groix en 7ième place.

La remontée vers la bouée à l'ouest de la chaussée de Sein se fait dans un vent molissant vendredi. Il finira par tomber le soir. Face au courant assez important dans cette zone on se retrouve à faire une route fond un peu dans tous les sens.

Je m'accroche et arrive à passer la bouée dans la nuit avec un peu de vent qui revient. Je suis 6ième et je garderai cette place jusqu'à la fin.

C'est ma meilleure performance de l'année et quand je vois les skippers devant moi je suis ravi.

La bateau va rester sur sa remorque à la Trinité tout l'été en attendant la prochaine course en Septembre.

Crédits photo: Christophe Breshi

Mini en Mai 2018

C'était la plus longue course en solitaire de la saison avec un parcours de 500 milles avec un départ et une arrivée à La Trinité sur mer.

Le départ a été donné mardi 22 Mai à 11h00 avec comme première entame un parcours en baie de Quiberon de 20 milles histoire de s'échauffer...

On part sous spi dans un vent très faible. Le vent monte à 15 nœuds ce qui nous permet de boucler le parcours en baie en 5 heures. Je ne fais pas un départ terrible mais je suis pas trop loin du groupe de tête.

A la sortie de la Teignouse, on remonte au près vers Groix car le vent actuellement au Nord-Ouest va tourner au Nord-Est dans la soirée. On passe donc à l’intérieur de Groix et en plein milieu des Glenans pour rejoindre la pointe de Penmarch en milieu de nuit.

La baie d'Audierne se fait au près et on passe la raz de Sein au petit matin avec 10 nœuds de Nord-Est. Il nous faut remonter jusqu'à la bouée Basse du Lys qui est située au large de Camaret.

Pour l'instant tout va bien car je passe cette bouée en 7ème position.

On rejoint la bouée Chaussée de Sein sous spi dans un vent faiblissant. Passé cette bouée, on se lance dans un long bord de 160 milles jusqu'au plateau de Rochebonne (situé au large de La Rochelle).

En soirée le vent de Nord-Est forcit à 20 nœuds et s’établira même à 25 nœuds dans la nuit. Je vois beaucoup de bateaux qui enroule le genaker car le vent est trop fort. Je décide de mon côté de garder le genaker et de rester à la barre toute la nuit. Le bateau part dans des surfs de folie et rebondit sur les vagues. La nuit est agitée et je commence clairement à fatiguer mais je ne lâche rien car je sais que je peux créer de l'écart...

Au petit matin le vent tombe un peu et je peux enfin aller dormir... Mon effort a bien payé car je suis 3ème avec un petit matelas sur le groupe de derrière.

Passé le plateau de Rochebonne, cap à l'est pour passer le pont de l’île de Ré. Mais là le vent tombe complètement et je vois le groupe derrière moi revenir.

En arrivant vers l’île de Ré, le vent s'arrête totalement. Il nous faut passer une partie de la nuit à l'ancre pour ne pas reculer à cause du courant.

On se retrouve tous regrouper pour la remontée vers la Trinité où la journée du vendredi sera ponctuée de longues heures de pétole.

On retrouve enfin le vent de Nord-Est en soirée aux Sables d'Olonne. On finira la course au près jusqu'à la ligne d'arrivée.

Un énorme orage nous tombe dessus dans la baie de Quiberon. Plusieurs éclairs tombent près du bateau, ça fait peur...

Finalement je coupe la ligne samedi à 14h00 en 16ème position très proche des bateaux de devant.

 

Cette course aura été très difficile au vu du vent faible et des longs moments de pétole, mais dès que le vent est soutenu je vois que je suis capable de faire la différence ce qui est très positif.

 

La prochaine course est la trophée MAP qui part de Douarnenez le 14 Juin. Il sera possible de suivre la course depuis le site internet de la course:

http://map.winchesclub.org/

Pornichet Select 2018

C'était ma première course en solo de la saison et elle a tenue toutes ses promesses...

Le départ a été donné samedi 21 Avril à 13h00 dans la baie de Pornichet.

Nous partons sous spi (départ à l'anglaise) dans un vent très faible (5 noeuds) de Sud-Est. Je me positionne plutôt mal sur la ligne de départ car je me retrouve sous le vent de nombreux bateaux ce qui ne me permet pas de gonfler mon spi et d'avancer. Je me retrouve donc en queue de peloton rapidement mais je finis par toucher du vent frais donc les écarts ne sont pas trop importants.

En remontant vers les Birvideaux, le vent se renforce à 10-15 nœuds ce qui nous permet de bien avancer sous spi.

Rapidement il faut faire un choix stratégique concernant le passage des îles de Houât et Hoedic. En gros, il y a 4 choix possibles:

Passer au sud des 2 îles

Passer entre les 2 îles (passage des Soeurs)

Passer au nord de Houat (passage des Beniguets)

Passer au sud de Quiberon (passage de la Teignouse)

Etant donné que nous avons le courant contre nous, la passage de la Teignouse ne doit se faire que si le vent est soutenu pour ne pas se voir refouler dans la baie de Quiberon.

Je ne prends pas les 2 premières options car on a du vent avec un bon angle pour le spi et cela me demanderait un écart de route avec un changement de voile.

Arrivé vers Houat le vent se renforce à 15-20 nœuds ce qui permet de bien glisser en route directe vers la Teignouse (voir photo de l'article).

Je regarde quelques bateaux passer par les Beniguets mes ceux-ci se retrouvent à affaler leur spi ce qui me parait être un sacré frein. Je vais donc passer par la Teignouse...

Arrivé à la toute fin du passage, le vent tombe littéralement. En effet une bulle sans vent est en train de se développer au sud de Quiberon et nous allons rester scotchés des heures sans vent et contre le courant alors que des dizaines de bateaux passent plus au large de Quiberon sans s'arrêter...

Finalement il était judicieux de prendre les autres passages afin d'éviter cette bulle sans vent mais c'est trop tard et il faut maintenant essayer de se sortir de ce faux pas.

Le vent finira par revenir timidement et je passe les Birvideaux à 22h30 à la 50ème place sur 62!!!

Le moral est au plus bas mais je ne lâche rien car je sais qu'il va y avoir une transition de vent cette nuit et donc une occasion de se refaire.

Je ne dors pas de la nuit et je me décale à l'ouest de la flotte au large de Belle-Ile car le vent doit revenir par l'ouest. Ceci me permet de bien revenir car je passe l'ile d'Yeu et les Sables d'Olonne à la 12ème place.

La remontée vers l'ile de Groix va se faire au près dans un vent de 10-15 nœuds. Dans la nuit de Dimanche à Lundi je n'arrive plus à faire avancer le bateau et je perds de la distance par rapport aux bateaux de devant. Avec la fatigue je n'arrive pas à trouver le souci. Ce n'est qu'au petit matin que je découvrirais une grosse algue dans ma quille en filmant le dessous du bateau. Après 3 marches arrière, l'algue est enlevée et je retrouve enfin la vitesse.

Je passe l'ile de Groix Lundi à 17h00 en 13ème position.

On fini sous spi dans 15-20 noeuds ce qui permet d'oublier rapidement les 24 heures de près entre les Sables et Groix.

Je passe la ligne à Pornichet mardi à 0h20 à la 12ème place sur 62 bateaux ce qui est finalement un très bon résultat au vu du départ catastrophique...

La prochaine course est la "Mini en Mai" qui part de La Trinité sur Mer le 22 Mai pour un parcours de 500 milles en solo.

Il sera possible de suivre la course via la cartographie qui sera accessible depuis le site internet de la SNT:

https://www.snt-voile.org/regates/mini-en-mai/

Ouest France, entrainements et convoyage

Depuis la fin de ma dernière course de l'année dernière, le bateau est resté sur sa remorque au port de la Trinité tout l'hiver.

En début d'année, un article dans Ouest France est paru où je parle de mon projet pour 2018.

J'ai ensuite enchaîné quelques weekend d'entrainement afin de retrouver les automatismes nécessaires aux manœuvres et les sensations à la barre du bateau.

Samedi dernier (14 Avril), j'ai convoyé le bateau à Pornichet en vue de la première course de la saison.

La première course de la saison qui s'appelle la Pornichet Select est une course de 300 milles de long qui se court en solitaire. On part de Pornichet, on contourne Belle-île par le nord, on descend jusqu'aux Sables d'Olonne avant de remonter vers Groix et enfin la redescente vers Pornichet. Cette course est difficile de part sa durée (2-3 jours) et le fait d'être toujours assez proche des côtes.

Cette année nous sommes 70 bateaux et la course s'annonce longue et difficile pour les nerfs car la météo prédit peu de vent...

Il est possible de suivre la course en live avec la carto disponible via la lien suivant:

http://www.cnbpp.fr/index.php/2015-08-06-22-28-43/pornichet-select-6-50/cartographie

1 / 4

Please reload